Accueil > Tourisme > Patrimoine > Eglise St Ténénan  
 
  Tourisme  

Votre mairie
Nouveau bulletin municipal
S'installer à Guerlesquin
Tourisme
 
Patrimoine
 
Visites et loisirs
 
Hébergements et restauration
 
Office de tourisme
 
Guerlesquin en images
 
Les marchés animés
Vie associative et culturelle
Vie sociale et économique
Démarches administratives
Liens

 


Les manifestations
et actualités de l'année,
cliquer sur les dates pour obtenir plus d'informations


OCTOBRE 2017
L M M J V S D

|   |   |   |   |   |   | 1 |
| 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |
| 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 |
| 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 |
| 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 |
| 30 | 31 |  

Mois précédent TOUT LE MOIS Mois suivant

  L’église de Saint Ténénan


Guerlesquin, paroisse de l’ancien Diocèse de Tréguier fut rattaché au Diocèse de Quimper et du Léon au Concordat de 1801.

L’église primitive fut construite à la fin du XVème ou au début du XVIème siècle par l’atelier d’architecte Beaumanoir qui officiait dans le Trégor à cette époque. Menaçant ruines, démolie, ainsi que la chapelle Ste Barbe et l’ossuaire attenant, elle est remplacée en 1859 par un édifice plus spacieux de style néogothique pour lequel furent employées une partie des pierres ornementales d’origine.
 
Subsiste également de l’édifice primitif le clocher-mur de type Beaumanoir, inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1932. Une tourelle cylindrique accolée renferme l’escalier à vis permettant d’accéder à la chambre des cloches garnie de balustres.
 
Sur la façade, St Pierre, à gauche et St Roch, à droite surmontent le portail d’entrée. Deux autres statues ornent la façade : Ste Barbe et St Ener. Les deux verrières proviennent de l’ancien ossuaire.
 
En entrant, on découvre la nef coiffée d’un lambris en berceau peint couleur azur et parsemé d’étoiles d’or au niveau du choeur polygonal.
A l’entrée sont exposées 2 bannières : l’une consacrée à Ste Marguerite Marie Alacoque et au Sacré-Coeur et l’autre à St Trémeur et Ste Tréphine.
Les vitraux, finement dessinés datent des années 1930 ; ils portent dans leur remplage l’effigie de 7 Saints bretons.
En longeant le bas-côté Sud, on accède au porche qui était autrefois la véritable entrée de l’édifice. Les 12 Apôtres du 16ème siècle provenant de la chapelle St Ener sont reconnaissables par leurs attributs : Pierre porte les clés du Paradis, Paul est représenté avec l’épée, Jean l’imberbe porte la coupe suivi d’André et de sa croix ... Surplombant ces statuettes, Notre Dame de Bonne Aventure.
Dans la chapelle latérale droite, se trouve le tableau du Rosaire érigé en présence de Vincent Du Parc, seigneur de Guerlesquin, Marquis de Locmaria. Le vitrail représente l’Assomption de la Vierge orné à sa gauche d’une statue de la Vierge Immaculée Conception et à sa droite, St Joseph ainsi que la bannière de la Vierge.

La maîtresse-vitre retrace un épisode de la vie de St Ténénan : un prêtre portait la communion à un malade et passant dans un mauvais chemin, l’hostie tomba et s’égara. Il partit à St Pol de Léon chez son Evêque St Ténénan lui avouer sa négligence. L’Evêque se mit à prier et vit apparaître un pigeon blanc lui apportant une branche chargée d’un essaim : les abeilles avaient formé un tabernacle de cire dans lequel St Ténénan retrouva l’hostie.
Dans le choeur, de nombreuses statues anciennes ont pris place : St Louis, statue du 17éme siècle, classée en 1985, l’Evêque St Ténénan, Ste Marguerite terrassant le dragon, St Yves qui se penche sur sa gauche pour écouter les doléance du pauvre, le riche se tenait à sa droite ; St Yves est le seul élément du groupe initial. Au fond du choeur un Ecce Homo du 16éme siècle, une Vierge courronnée portant sur le bras droit l’enfant Jésus ; en face : Ste Anne apprenant à lire à la Vierge, alors enfant et St Ener représenté en abbé avec crosse et mitre.
 

Eglise Saint Ténénan

Eglise de Saint Ténénan



Au-dessus de la porte de la Sacristie on trouve le tableau de l’Agonie de la Confrérie de la Bonne Mort érigée en la paroisse en 1866.
 
La chapelle latérale Nord est dédiée à Ste Barbe. Son martyre y est retracé dans le tableau du retable et dans le vitrail. Ste Barbe est née en Nicodémie au 3ème siècle d’un père païen qui souhaitait la marier à de riches prétendants qu’elle refusa, n’étant pas chrétiens. Son père  l’enferma alors dans une tour (son attribut) où elle fut torturée. Malgré ces supplices, elle ne renia pas sa foi. Condamnée à mort, elle fut décapitée par son père lui-même. Revenant alors du champ de torture, il fut frappé par la foudre. Ste Barbe est patronne de Guerlesquin et des corps de métiers en relation avec le feu, l’explosion (carriers, sapeurs-pompiers, mineurs,...).
A la gauche de la statue de Ste Barbe, St Nicodème.
 
En revenant par le bas-côté nord, on découvre un confessionnal monumental, richement orné, frappé aux armes des Du Parc de Locmaria.
 
On peut terminer notre visite en effectuant le tour de ronde de l’église pour découvrir son porche Sud qui porte la date de la reconstruction, ses mégères et gargouilles et à l’arrière, son chevet polygonal qui donne à l’intérieur de l’édifice cette grande luminosité.
    
     Création site internet Morlaix
   par evernet.fr, agence internet
 
 
Recherche   
Newsletter